Comment bien chanter #6 – Gérer ses émotions

Regardez Comment bien chanter sur YouTube.
Téléchargez le MP3 en cliquant ici: comment_bien_chanter.mp3
Salut à tous et bienvenue sur www.commentdevenirchanteur.fr. Devenir chanteur ou chanteuse ce n’est pas seulement apprendre à faire sortir des notes de sa bouche. Je serais tenté de dire que c’est un état d’esprit, un art, un mode de communication à part entière. Mais on pourrait trouver de nombreuses autres définitions. Pour faire simple, on va dire que lorsqu’on chante : on produit une mélodie, on raconte une histoire et on fait passer des émotions. Nous sommes dans un domaine d’expression et cela implique de se dévoiler au moins en partie. D’ailleurs, qu’on le veuille ou non, à partir du moment où l’on chante, on dévoile d’autres facettes de sa personnalité.

 

Pour certaines personnes c’est plus difficile que pour d’autres. Lorsqu’on n’a pas confiance en soi, on peut se sentir incapable de chanter devant d’autres personnes. On peut aussi passer ce cap d’oser chanter mais se retenir, retenir ses émotions ou ne pas les gérer. Vous comprendrez que pour bien chanter il faut tout faire pour dépasser ces blocages émotionnels. Comment faire ? Dans cette capsule, je vous propose quelques conseils et astuces pour vous aider à canaliser et à libérer vos émotions lors de vos interprétations, toujours dans l’objectif global de libérer votre voix.

 

Au chant, on peut faire passer des émotions de différentes façons, mais la plupart du temps on s’appuie sur des émotions qu’on a vécues et qui correspondent au thème de la chanson, ou bien à des émotions qui s’en rapprochent. Il convient de mobiliser les bonnes émotions (ou les émotions « proches ») au bon moment dans la chanson et surtout de les gérer. Je prends un exemple, que vous aimiez le métal ou non n’a pas d’importance, c’est un exemple facile à comprendre. Si on me demandait par exemple de chanter une chanson de metal sur un thème qui inspire à priori la colère mais auquel je suis moyennement sensible pour une raison ou une autre, je risquerais de faire une prestation moyenne car je ne serais pas suffisamment en colère, justement. Je pense que je ferais autrement : je mobiliserais une émotion vécue qui me met vraiment en colère à titre personnel pour l’utiliser dans l’interprétation de la chanson.

 

D’une personne à l’autre, ce sont d’autres situations, d’autres émotions qui entreront en résonance et qui produiront cette émotion dont on a besoin. Et c’est valable bien sûr pour toutes les autres émotions. Une fois l’émotion chargée, il va falloir la canaliser en chantant. Il n’y a pas de recette miracle : il faut arriver à ressentir cette émotion intensément sans se laisser dépasser par elle. Il va de soi que notre état d’esprit au moment de chanter va énormément influencer notre capacité à transmettre cette émotion. Si pour quelque raison que ce soit on est très en colère, il sera préférable de ne pas chercher à mobiliser d’émotion de ce type pour ne pas risquer de déborder et d’exploser sa voix.

 

Si vous chantez une chanson d’amour, une chanson triste ou une chanson joyeuse,  vous aller mobiliser des souvenirs, des énergies et des émotions différentes. Mais la gestion de ces émotions reste la même : on charge l’émotion dont on en a besoin en s’appuyant sur son vécu si besoin, mais si on est déjà dans l’état d’esprit souhaité, il est inutile de mobiliser des émotions supplémentaires.

 

Partager ses émotions avec un public ce n’est pas toujours facile. Et chacun de nous a niveau de confiance en soi qui varie. Parfois, à une période de notre vie, il peut nous arriver d’avoir une confiance en soi proche de zéro, c’est possible. Mais rassurez-vous, certain(e)s chanteurs(euses) connu(e)s sont de grands timides mais ils utilisent ce manque de confiance en soi pour se surpasser. Imaginons que vous êtes devant un public. Votre voix est comme coincée à l’intérieur et chaque note sort du bout des lèvres : ça risque d’être pénible pour vous et le public ne serait pas touché. Dans ce cas, je vous propose de faire autrement : projetez votre voix. Projeter sa voix, ça ne veut pas dire, chanter fort. Laissez simplement votre voix jaillir au risque de foirer quelques notes, comme si cette voix avait été retenue depuis des siècles et qu’elle sortait enfin. Projeter sa voix ce n’est pas pénible, c’est même libérateur et les auditeurs apprécieront. Avec le temps et à force de le faire, vous saurez projeter votre voix tout en étant précis sur chacune des notes.

 

On a tous des blessures plus ou moins larges, plus ou moins refermées et lorsque chante ça peut parfois nous dépasser surtout si on chante des chansons avec une dimension personnelle. C’est bien là où c’est le plus difficile de canaliser et de gérer ses émotions. Les énergies physiques ou psychiques sont en réalité les mêmes : ce sont des énergies. On a deux options : les laisser nous monter à la tête ou les concentrer dans notre ventre. Autant que possible, lorsqu’on se trouve dans une situation ou il y a beaucoup d’émotions, des émotions sensibles, je pense qu’il faut essayer de concentrer ses émotions au fond de son ventre surtout.

 

Nous sommes dans de l’interprétation, dans du chant. Il va donc falloir ensuite les faire sortir, petit à petit, au fur et à mesure de la chanson (c’est le plus difficile) ou du concert (c’est plus facile car on a plus de temps devant soi). Ça permet de se libérer progressivement et de faire une performance de qualité (pas de voix qui tremble ou qui déraille, pas de destruction de cordes vocales, pas de larmes..). L’astuce que je vous conseille c’est d’exprimer des émotions uniquement sur des notes choisies parmi celles que vous maîtrisez le mieux techniquement. Toutes les autres notes, celles qui sont plus sensibles ou plus difficiles à exécuter, chantez-les mécaniquement, sans y ajouter la moindre émotion. Dans l’ensemble, vous aurez suffisamment d’émotion à transmettre au public sans vous mettre en difficulté. Cette gymnastique émotionnelle est difficile à mettre en place au début, mais encore une fois, à force de le travailler ça deviendra un automatisme lors de vos interprétations.

 

Ça y est vous êtes prêtes et prêts à faire le grand saut ! Vous vous êtes débarrassé de vos idées reçues, vous avez ouvert vos oreilles au monde qui vous entoure, libéré votre corps de ses tensions, libéré votre esprit et vos émotions : votre voix ne demande qu’à jaillir dans sa plus belle expression. Vous pouvez vous abonner à mon blog www.commentdevenirchanteur.fr en suivant la flèche bleue et à ma chaîne YouTube. Il ne me reste plus qu’à vous donner rendez-vous dans la deuxième série de capsules dans laquelle nous allons enfin chanter. Et d’ici là, portez-vous bien.
Booga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*